Épreuve de juin

 » Écoutez bien, ne toussez pas et essayez de comprendre un peu. C’est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c’est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c’est ce que vous ne trouverez pas amusant qui est le plus drôle.  »

Paul Claudel, ouverture du Soulier de Satin

(télécharger le début de la pièce)

Vous analyserez un film d’un « grand ». Une bonne référence est un cinéaste palmé d’or à Cannes ou un film classé dans le top 10 (voir note sur le blog). Il s’agira, en environ 1000 mots, d’apporter un regard cinématographique expert sur ce qu’exprime un film et la manière dont il l’exprime.

1) maximum 100 mots pour le résumé, puis une centaine de mots pour analyser la  force expressive du scénario

2) environ 400 mots pour analyser de façon générale les moyens cinématographiques utilisés et ce qu’ils peuvent exprimer : cadrage, profondeur de champ, plans, travail colorimétrique,  bande sonore, jeu des acteurs, montage…

3) Environ 400 mots pour analyser de façon approfondie l’un ou l’autre extraits significatifs comme dans le point 2

4) une centaine de mots pour évoquer la logique morale, philosophique, du film.

(si c’est significatif, vous pouvez évoquer aussi d’autres films du réalisateur, les conditions de tournage ou de production, les références à d’autres réalisateurs…)

Travail écrit à remettre le jour de l’examen et à défendre oralement devant la classe et le professeur (en projetant la séquence analysée dans le point 3).

 

grille-expression-communication-6-2016

Top 10

Il y a peu, la célèbre revue britannique Sight & Sound dévoilait le top 50 des meilleurs films de tous les temps, élus par 846 critiques, programmateurs, universitaires et distributeurs. On découvre aujourd’hui le top 10 établi par une sélection des meilleurs réalisateurs contemporains. Et surprise, pas de Sueurs froides, ni de Citizen Kane au sommet. Ozu (une petite surprise) se partage la première marche avec le monument 2001 : l’Odyssée de l’espace.

Le top 10 des réalisateurs

1. Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)

2= 2001: L’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968)

2= Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

4. 8 ½ (Federico Fellini, 1963)

5. Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)

6. Apocalypse Now (Francis Ford Coppola, 1979)

7= Le Parrain (Francis Ford Coppola, 1972)

7= Sueurs Froides (Alfred Hitchcock, 1958)

9. Le Miroir (Andrei Tarkovski, 1974)

10. Le Voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948)

Le top 10 de Quentin Tarantino

  1. Le Bon, la brute et le truand (Sergio Leone, 1966)
  2. Apocalypse Now (Francis Ford Coppola)
  3. The Bad news bear (Michael Ritchie, 1976)

Le top 10 de Martin Scorsese

  1. 8 1/2 (1963, dir. Federico Fellini)
  2. 2001 : L’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968)
  3. Cendres et Diamant (Andrzej Wajda, 1958)

Le top 10 de Francis Ford Coppola

  1. Cendres et diamant (Andrzej Wajda, 1958)
  2. Les Plus belles années de notre vie (William Wyler, 1946)
  3. Les Vitelloni (Federico Fellini1953)

Le top 10 de Woody Allen

  1. Le Voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948)
  2. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman, 1957)
  3. Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

Le top 10 de Michael Mann

  1. Apocalypse now (Francis Ford Coppola, 1979)
  2. Le Cuirassé Potemkine (Eisenstein, 1925)
  3. Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

Le top 10 de Steve McQueen

  1. La Bataille d’Alger (Gillo Pontecorvo, 1966)
  2. Zero de Conduite (Jean Vigo, 1933)
  3. La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)

Le top 10 de Jeff Nichols

  1. Luke la main froide (Stuart Rosenberg, 1967)
  2. La Balade sauvage (Terrence Malick, 1973)
  3. Le Plus sauvage d’entre tous (Martin Ritt, 1963)

Le top 10 de David O. Russell

  1. La vie est belle (Frank Capra, 1946)
  2. Chinatown (Roman Polanski, 1974)
  3. Les Affranchis (Martin Scorsese, 1990)

Le top 10 de Edgar Wright

  1. 2001 : L’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968)
  2. Le Loup-garou de Londres (John Landis, 1981)
  3. Carrie au bal du diable (Brian DePalma, 1976)

Le top 10 des frères Dardenne

  1. Accatone (Pier Paolo Pasolini, 1961)
  2. Règlement de comptes (Fritz Lang, 1953)
  3. Dodeskaden (Akira Kurosawa, 1970)

Le top 10 d’Asghar Farhadi

  1. Rashomon (Akira Kurosawa, 1950)
  2. La Strada (Federico Fellini, 1954)
  3. Le Parrain (Francis Ford Coppola, 1972)

Le top 10 d’Apichatpong Weerasethakul

  1. Goodbye Dragon Inn (Ming-liang Tsai, 2003)
  2. A Brighter Summer Day (Edward Yang, 1991)
  3. Rain (Joris Ivens, 1929)

Le top 10 de Mia Hansen-Love

  1. Napoleon (Abel Gance, 1927)
  2. La maisons des bois (Maurice Pialat, 1971)
  3. La Frontiere de l’aube (Philippe Garrel, 2008)

Le top 10 de Mike Leigh

  1. La Ruée (Frank Capra, 1932)
  2. Andreï Roublev (Andrei Tarkovski, 1966)
  3. Soy Cuba (Mikhai Kalatozov, 1964)

Le top 10 de Michel Hazanavicius

  1. City Girl (F.W. Murnau, 1930)
  2. Les Lumières de la ville (Charlie Chaplin, 1931)
  3. Jeux dangereux (Ernst Lubitsch, 1942)

Le top 10 de Guillermo del Toro

  1. Frankenstein (James Whale, 1931)
  2. Freaks (Todd Browning, 1932)
  3. L’ombre d’un doute (Alfred Hitchcock, 1943)

http://www.vodkaster.com/actu-cine/top-10-meilleurs-films-cineastes-2854

Un excellent petit livre

101 petits secrets de cinéma qui font les grands films

Collection: Hors collection, Dunod
2011 – 224 pages – 180×130 mm
EAN13 : 9782100564309

 

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui distingue un grand film d’un banal long métrage ? Comment le premier parvient-il à capter notre attention, à nous arracher des larmes ou des éclats de rire, à marquer les esprits et son temps jusqu’à devenir « culte » ?

Destiné à tous les amoureux du cinéma, ce livre dévoile quelques-uns de ces secrets les mieux gardés, de l’écriture du scénario au montage, en passant par la mise en scène, la direction des acteurs, le cadrage, les décors

Réalisateur de cinéma et de télévision aguerri, l’auteur nous livre ses pensées, ses conseils avisés et ses astuces de pro, illustrés par de nombreux dessins, références cinématographiques et citations de grands réalisateurs.

Sommaire (extrait) : Un héros imparfait intéresse davantage le public qu’un héros parfait. 1 page de scénario = 1 minute de film. Le pitch parfait. Des accessoires pas si accessoires. La règle des 180º. La troisième dimension. Tout film est un film à suspense. Un film est un roman inversé. Le jeu de l’acteur est plus fort que les mots. Du climax naît la vérité. Le personnage principal c’est vous, etc.Biographie des auteurs
Neil Landau – Scénariste qui a réalisé de nombreux films et séries télévisées dont Panique chez les Crandell, Melrose Place, Docteur Doogle, Les Sept Mercenaires et Soleil d’automne. Il travaille de façon internationale comme consultant et enseigne à la School of Film, Television, and Digital Media de l’UCLA. Il vit à Los Angeles.
Matthew Frederick – Architecte et paysagiste urbain à Cambridge, Massachusetts, il a enseigné dans plusieurs écoles d’architecture et universités dont le Boston Architectural College et le Wentworth Institute of Technology.

index

 

 

 

 

 

 

Quelques films ou séquences fantastiques

« Dans un monde qui est bien le nôtre, celui que nous connaissons, sans diables, sylphides, ni vampires, se produit un événement qui ne peut s’expliquer par les lois de ce même monde familier. Celui qui perçoit l’événement doit opter pour l’une des deux solutions possibles : ou bien il s’agit d’une illusion des sens, d’un produit de l’imagination et les lois du monde restent alors ce qu’elles sont ; ou bien l’événement a véritablement eu lieu, il est partie intégrante de la réalité, mais alors cette réalité est régie  par des lois inconnues de nous. Ou bien le diable est une illusion, un être imaginaire ; ou bien il existe réellement, tout comme les autres êtres vivants : avec cette réserve qu’on le rencontre rarement.
Le fantastique occupe le temps de cette incertitude ; dès qu’on choisit l’une ou l’autre réponse, on quitte le fantastique pour entrer dans un genre voisin, l’étrange ou le merveilleux. Le fantastique, c’est l’hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel. »

Introduction à la littérature fantastique, Tzvetan Todorov

Robert Wiene : Le Cabinet du Docteur Caligari (1920)

Murnau : Nosferatu (1922) :

Roman Polanski : Rosemary’s Baby (1968)

Stanley Kubrick : Shining (1980)

Quelques Frankenstein

Le trailer du Frankenstein de 1931 :